Hier, pour mon travail, je faisais Toulouse Marseille en voiture. Ce trajet côtoie le canal du midi au départ de Toulouse puis s’en éloigne un peu mais passe à Castelnaudary puis à Carcassonne, deux étapes majeures du canal.

Castelnaudary
Castelnaudary

Alors l’autoroute pique au sud vers Narbonne, c’est l’occasion de passer au-dessus du canal de Narbonne, puis nous remontons vers le Nord pour longer le bassin de Thau où se termine le canal du midi. Marseillan, Mèze … des petits ports qui sentent bon les vacances.

canal de Narbonne
Canal à Narbonne

Pendant quelques minutes, la vue sur le bassin est très belle et le mont de saint Clair, derrière lequel se cache la vieille ville de Sète, se détache sur fond de mer (salut Georges).

Ici commence le canal du Rhône à Sète qui est nettement plus au sud que l’autoroute mais nous le retrouvons à St Gilles près de Nîmes puis les panneaux routier nous signalent Baucaire et Tarascon, les deux villes qui se toisent de part et d’autre du Rhône, là où le canal rejoint le petit Rhône.

Puis, ma rêverie terminée, j’ai poursuivi sur Marignane …

Voilà, en deux heures j’ai fait un parcours qu’il faudrait deux semaines pour réaliser en bateau. C’est tout l’intérêt du tourisme fluvial, il vous place hors du « temps ordinaire », vous vivez à la même heure que tout le monde mais pas avec la même échelle temps.

Pire, je n’ai rien vu de toutes les merveilles que j’ai côtoyées : à peine cinq secondes un point de vue sur la cité médiévale de Carcassonne et le bassin de Thau pendant une minute.

Il n’y a pas de doute, le bateau nous apporte un point de vue unique et une approche différente de la région traversée.

A l'époque où les trains atteignaient la vitesse folle de 40 km/h, Alexandre Dumas écrivait : "Avec le chemin de fer on se contente d'arriver, on ne voyage plus ... ".

PhB