Marin d'eau douce

26 mars 2016

Eco taxe !

Sale temps pour la plaisance :

http://www.actunautique.com/2016/03/le-coup-de-poignard-de-segolene-royal-contre-les-industries-nautiques.html

PhB

Posté par philippeberthaum à 09:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


28 janvier 2016

Le canal de la Martinière.

Découvrons le canal de la Martinière sur le blog de Framboise à Pornic :

http://framboise-pornic.eklablog.com/canal-de-la-martiniere-frossay-le-migron-44-a2186072

 

PhB

Posté par philippeberthaum à 09:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

21 septembre 2015

L'assec

Le canal de Nantes à Brest est interrompu par un ouvrage imposant mis en service en 1930, le barrage de Guerlédan et le lac artificiel du même nom. Dix sept écluses et les ouvrages associés sont ainsi engloutis au fond de la vallée du Blavet.

Les ouvrages du barrage nécessitant des inspections et réparations, le lac doit être régulièrement vidsé, ce fut le cas en 1966, 1974 et 1985 et de nouveau cette année, d'avril à octobre. C'est ce qui est appelé l'assec.

Le Blavet reprend son cours naturel et la vallée prend une allure lunaire, le fond du lac étant recouvert de croûtes de vase. Cependant au bout de quelques mois, la nature reprend ses droits et une importante végétation se développe.

2015 Bretagne (264)

Voici l'allure du lac en septembre de cette année après plus de 4 mois à l'air libre.

On découvre une écluse puis deux puis trois ...

2015 Bretagne (270)

2015 Bretagne (274)   2015 Bretagne (277)

Les routes qui mènent au lac sont barrées et des parkings aménagés, pour des raisons de sécurité les visites sont très encadrées. Ainsi il n'est pas aisé de faire une visite express, il faut prévoir un peu plus de temps que je n'en disposait !

Liens utiles :

Toute l'histoire du lac est résumée ici : http://guerledanaventures.com/assec-du-lac-en-2015/

Les enjeux hydrographiques, ici : http://www.vidangelacguerledan.fr/lac-guerledan.php

En vidéo :

Sur FR3

https://www.youtube.com/watch?v=olhIXvKEFlg

https://www.youtube.com/watch?v=jtxkYj7NWG4

https://www.youtube.com/watch?v=AwAQ8UjF_Uc

 

PhB septembre 2015

Posté par philippeberthaum à 11:55 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

06 juillet 2015

Le canal de Bourgogne (part 3)

La partie 1 de ce voyage ICI.

La partie 2 de ce voyage ICI.

Après une nuit passée au calme à Ancy le Franc nous poursuivons la montée vers Ravières. Le parcours est assez bucolique, les paysages de printemps affichent de jolies couleurs.

2015 05 Bourgogne (1764)   2015 05 Bourgogne (1767)

2015 05 Bourgogne (1770)

Ravières.

La halte de Ravières est vaste avec un quai bien entretenu. Ici encore une bonne partie du quai est réservée au bateau hôtel mais il n'est pas là, nous n'en tenons pas compte. Pourquoi donc les municipalités ne mettent pas  "priorité au bateau hôtel" plutôt que "réservé" ?!

2015 05 Bourgogne (1786)   2015 05 Bourgogne (1787)

Justement, pendant que 4 ou 5 quais lui sont "réservés" entre Montbard et Saint Florentin, le bateau hôtel est stationné presque au milieu du chenal juste à la sortie d'un pont. Le Seigneur du fleuve est chez lui, n'est ce pas !

2015 05 Bourgogne (1615)   2015 05 Bourgogne (1618)

Buffon.

Quatre heures de navigation et nous arrivons à Buffon qu'il ne faut pas manquer de visiter.

2015 05 Bourgogne (1849)

Le forges du Comte de Buffon.

Georges-Louis Leclerc de son vrai nom, né à Montbard en 1707, il est connu pour sa participation à la première encyclopédie de l'histoire naturelle. Ici à Buffon il fit construire des forges de grande importance qui permirent de mettre en valeur les ressources en bois et en minerais de ses terres. Sans aucun doute ces forges méritent une visite.

2015 05 Bourgogne (1850)

Le bâtiment de la forge elle même n'est pas le plus grand mais il comporte un escalier monumental qui servait de gradins lorsque les notables du coin venaient assister à une coulée de fonte.

2015 05 Bourgogne (1862)   2015 05 Bourgogne (1864)

Le site est entouré d'une belle rivière qui donnait l'énergie permettant d'activer les machineries dont le gigantesque soufflet de la forge (ci dessous à droite).

2015 05 Bourgogne (1942)   2015 05 Bourgogne (1964)

2015 05 Bourgogne (1926)

Les bâtiments qui entourent la forge servaient à une première transformation de l'acier. Plus loin dans la propriété se trouvaient les logement de tous les employés, ces bâtiment sont aujourd'hui habités par les propriétaires actuels qui prennent grand soin du site exceptionnel dont ils ont la lourde charge.

2015 05 Bourgogne (1924)   2015 05 Bourgogne (1973)

Saint Rémy.

En soirée nous poursuivons jusqu'à St Rémy qui sera l'étape finale de notre croisière. En effet nous avons repéré sur le petit guide vert Michelin de la Bourgogne, un restaurant qui nous semble sympathique.

2015 05 Bourgogne (1992)   2015 05 Bourgogne (1996)

Sincèrement si nous n'avions pas eu le guide nous ne serions jamais rentrés dans cet établissement tellement la façade est pitoyable ! Nous avons vérifié deux fois que nous n'avions pas fait d'erreur avant de franchir la porte.

 

Nous n'avons pas regretté, l'intérieur est charmant, les patrons agréables et le repas fut excellent.

Bien stationnés nous laissons le bateau et poussons jusqu'à Montbard en bicyclette.

Montbard.

Montbard est une halte verdoyante et calme en cette saison, malheureusement nous devons faire demi tour, nous n'en verrons pas plus.

 

2015 05 Bourgogne (2003)   2015 05 Bourgogne (2004)

 

En conclusion.

La crue de l'Yonne nous a forcés à visiter le canal de Bourgogne que je n'aurais sans doute pas vu sans cela. En effet sa réputation internationnale en font, comme le canal du midi, une des voies d'eau les plus fréquentées et le parcours n'est pas toujours des plus intéressant. Cependant nous avons passé une bonne semaine (dix jours exactement) et je ne regrette pas.

En dix jours, du 3 au 13 mai 2015, nous avons fait Migennes - Tonnerre et retour (4 jours), pensant pouvoir poursuivre sur le Nivenais. Puis, l'Yonne étant toujours en crue nous avons fait Migenne - Saint Rémy et retour.

Les écluses sont pour la plupart manuelle, manoeuvrées par les éclusiers auxquels il n'est pas interdit de donner un coup de main.

 2015 05 Bourgogne (1200)   2015 05 Bourgogne (1583)

 

Vous l'aurez compris, le canal de Bourgogne n'est pas mon préféré mais il mérite quand même une visite et certain sites comme Ancy le Franc et Buffon sont réellement des endroits à ne pas manquer.

PhB 06/07/2015

 

Posté par philippeberthaum à 11:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

01 juillet 2015

Le canal de Bourgogne (part 2)

Passé Flogny (voir part 1 ICI), Tonnerre n'est plus bien loin, nous y sommes en une petite matinée.

  2015 05 Bourgogne (1353)   2015 05 Bourgogne (1355)

Les douces couleurs de la Bourgogne.

  2015 05 Bourgogne (1245)   2015 05 Bourgogne (1246)

L'ancien lavoir de Cheney.

Tonnerre.

La halte de Tonnerre est bien aménagée, la berge est accueuillante mais le site n'est pas particulièrement joli. Nous n'y resterons que pour le déjeuner.

2015 05 Bourgogne (1290)   2015 05 Bourgogne (1287)

2015 05 Bourgogne (2285)

La halte de Tonnerre dans un petit bief de 580 mètres.

Bien, jusque là le canal ne nous a pas trop séduits. Passé Tonnerre, le paysage change un peu, le canal devient un peu plus sauvage. Nous allons vers Tanlay.

2015 05 Bourgogne (1666)   2015 05 Bourgogne (1667)

Le canal "monte" dans la campagne.

2015 05 Bourgogne (1679)   2015 05 Bourgogne (1689)

Tanlay.

Et voici Tanlay, une halte confortable près des terrains de sport et de l'avenue qui mène au château. Le bourg propose tous les commerces. Par contre, sur 50 mètres soit la moitié, le quai est réservée au bateau hôtel.

2015 05 Bourgogne (1698)   2015 05 Bourgogne (1699)

Entre les bateaux résidents et le bateau hôtel pas beaucoup de place pour le passage.

2015 05 Bourgogne (1700)

Passé Tanlay on arrive rapidement à l'écluse d'Argentenay décorée par l'artiste local. Je vous laisse juges.

2015 05 Bourgogne (1705)   2015 05 Bourgogne (1706)

2015 05 Bourgogne (1714)   2015 05 Bourgogne (1717)

Plus nous montons, plus le paysage devient sauvage, la voie ferrée s'éloigne, même si elle n'est jamais très loin, elle se fait plus discrète.

2015 05 Bourgogne (1721)   2015 05 Bourgogne (1723)

2015 05 Bourgogne (1730)   2015 05 Bourgogne (1734)

Ancy le Franc.

Passé Ancy le libre voici Ancy le Franc qui mérite un arrêt. La halte est installée en face d'une maison majestueuse et le long de la route qui mène au château (à 600 mètres de l'accès). Le château bien caché du canal par les arbres mérite une visite.

2015 05 Bourgogne (2173)

Le château à peine visible depuis le canal.

 2015 05 Bourgogne (2158)   2015 05 Bourgogne (2156)

2015 05 Bourgogne (2160)

 Je vais terminer cette page sur cette jolie rencontre avec Elisabeth et son teckel ...

2015 05 Bourgogne (2149)   2015 05 Bourgogne (2152)

2015 05 Bourgogne (2154)   2015 05 Bourgogne (2137)

A suivre ... ICI

Posté par philippeberthaum à 11:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


Le canal de Bourgogne (part 1)

Ce qui devait être un "Royal Classique" est devenu un VIVION 3 par la magie d'un sur-classement (voir ce que j'en pense ICI). Ceci pour le plus grand bonheur de l'équipage.

2015 05 Bourgogne (1638)

Mais aussi ce qui devait être une croisière dans le Nivernais est devenue une visite du canal de Bourgogne. L'Yonne en crue condamnait toute navigation sur le canal du Nivernais.

Heureusement pour nous la base Le Boat de Migennes est située sur le canal de Bourgogne au point kilométrique 0,3, juste au dessus de l'écluse qui raccorde à l'Yonne, et le canal de Bourgogne était encore navigable alors que le Nivernais était fermé et pour un bon moment.

Migennes.

La base Le Boat est plutôt petite et accueillante. En descendant, l'écluse Laroche donne accès à l'Yonne et au Nivernais, en montant, le bief est court et l'écluse de Cheny donne sur un grand bief de 6 kilomètres, tout en ligne droite, pas très passionnant.

2015 05 Bourgogne (1022)

Une grand ligne droite le long de la voie ferrée.

Brienon sur Armançon.

2015 05 Bourgogne (2340)Ce gros bourg offre un vaste quai pour le stationnement des bateaux, la halte est payante mais bien aménagée. Nous avons choisi, comme souvent de nous mettre au vert, loin du passage et nous trouvons notre bonheur juste après le pont, le long de la berge.

La petite route qui passe le pont, passagère le jour est très calme la nuit aussi nous avons passé une très bonne soirée et bien dormi.

Le matin nous avons un excellent pain frais en face du monument aux morts. Ici à Brienon il y a tous les commerces, toutes les commodités, pharmacies, banques, etc. C'est bon à savoir.

2015 05 Bourgogne (1070)  2015 05 Bourgogne (1073)

Loin de l'agitation, une halte au vert.

Saint Florentin.

Le canal se poursuit, sans intérêt particulier, pour arriver à Saint Florentin, jolie ville dans laquelle se trouve un édifice religieux assez disproportionné par rapport à l'aglomération.

2015 05 Bourgogne (1107)

L'arrivée sur St Florentin laisse entrevoir un édifice religieux de grande dimension.

"l’église Saint-Florentin surprend par ses imposantes dimensions, semblables à celles d’une cathédrale restée inachevée".

La halte de St Florentin est confortable même si beaucoup d'amarages sont réservés. Le site est joli et parfaitement entretenu.

2015 05 Bourgogne (1449)   2015 05 Bourgogne (1450)

2015 05 Bourgogne (1137)   2015 05 Bourgogne (1123)

Nous ferons plusieurs passages ici pendant la semaine et nous avons vu le niveau très haut de l'Armance (petit affluent de l'Armançon) baisser en seulement quelques jours.

2015 05 Bourgogne (1452)   2015 05 Bourgogne (1454)

Pont canal de Saint FLorentin.

2015 05 Bourgogne (2333)   2015 05 Bourgogne (1459)

A Saint Florentin le petit guide vert Michelin de la Bourgogne recommande le restaurant "Les Tilleuls", nous avons dont testé et fait un très bon repas dans une jolie demeure nichée dans un jardin de verdure.

2015 05 Bourgogne (1453)

La jolie halte de Saint Florentin.

En montant le canal nous prenons la mesure de la crue de l'Armançon qui quitte son lit pour envahir les prés. Nous voyons des carpes frayer dans les champs ce qui fera le bonheur des hérons lors de la décrue.

2015 05 Bourgogne (1333)   2015 05 Bourgogne (1334)

L'Armançon se déverse dans les prés.

2015 05 Bourgogne (1335)   2015 05 Bourgogne (1336)

A certains endroits le chemin de halage est recouvert de 10 centimètres d'eau et ruisselle doucement dans le canal. Il s'en est fallu de peu que le canal de Bourgogne ne soit fermé lui aussi.

2015 05 Bourgogne (1300)

Flogny.

Flogny est un bourg situé sur la hauteur de la colline qui descend sur le canal. Un quai qui devait être confortable nous accueille malheureusement il est partiellement effondré. En contrebas dans la partie basse du village, des meutes de chiens hurlent toute la soirée.

2015 05 Bourgogne (1346)   2015 05 Bourgogne (1384)

Nous passons quand même une nuit assez calme puis poursuivons vers l'amont.

2015 05 Bourgogne (1388)

2015 05 Bourgogne (1438)

A suivre ... ICI.

Posté par philippeberthaum à 09:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

18 mai 2015

Le VISION 3 de Le Boat.

J'ai longtemps été un inconditionnel de la Pénichette, bateau imaginé et construit par Locaboat. Inconditionnel pour son look bien sur mais aussi pour son confort et sa sécurité intrinsèque due à la présence de larges passe-avant protégés par un sérieux balcon. Avec des enfants c'est indispensable.

Aujourd'hui nous voyageons entre adultes et j'ai pu apprécier le luxe et le confort des bateaux proposés par la Compagnie Le Boat. Ces bateaux ont des passe-avant plutôt étroits tout juste sécurisés par des mains courantes mais cela est au profit de l'espace intérieur qui gagne d'autant en volume donc en confort.

Le VISION 3 pousse ce principe à l'extrême.

J'avais expérimenté le VISION 4 il y a 2 ans sur le Lot. Pour le moins je n'ai pas eu le coup de foudre car la conduite de ce bateau est déroutante. Quand vous avez l'habitude et l'expérience des bateaux à propulsion traditionnelle (arbre d'hélice et safran) la conduite du VISION nécessite de réapprendre et cela m'avait un peu énervé.

Cette année nous avions loué un Royal Classique mais avons été surclassés sur un VISION 3, pour le plus grand bonheur des Dames. Elles raffolent de ce bateau dont le confort et le luxe sont sans concurrent.

2015 05 Bourgogne (1418)

Le VISION 3 est construit sur la base du VISION 4, mêmes dimensions, mêmes équipements, la seule différence est qu'il y a 3 cabines au lieu de 4. Cela fait des cabines spacieuses comme dans aucun autre bateau (à l'exception des versions "Royal" qui propose une cabine type "propriétaire").

Les cabines.

Imaginez, vous avez au moins 40cm entre le pied du lit et le placard de rangement, 50cm entre les lits lorsqu'ils sont séparés. Plus besoin de se contorsionner pour se changer ou ranger ses affaires. On peut bouger à deux dans la cabine sans se marcher dessus.

Chaque cabine dispose d'une bannette suspendue en travers au-dessus de la tête des lits ce qui permet, si vous n'avez pas d'enfant avec vous, d'étaler vos bagages et affaires sans trop ranger.

Pour en finir avec les cabines, la salle d'eau bénéficie d'une douche spacieuse (au moins 50x100cm) séparée par une porte vitrée ce qui permet de ne pas arroser les WC pendant vos ablutions. Le top !

Sans plaisanter, ces cabines sont dignes d'un paquebot de croisière pour celles qui vous sont proposées à faible coût.

L'espace de vie.

Le carré et la cuisine ne sont pas en reste avec deux grandes tables et une banquette qui fait tout le tour de l'avant du bateau. Un grand réfrigérateur, un micro-ondes, une cafetière électrique et un grille pain ! Tout cela associé à une plaque 4 feux et un four à gaz. On en oublierait d'aller au resto !

Que demander de plus ? Ben ... une climatisation bien sûr. Elle y est ! Le système de chauffage électrique intègre une climatisation 4 zones (3 cabines + carré).

Ah j'oubliais, mais ce n'est pas pour moi le plus important, télé dans toutes les cabines ainsi que dans le carré !

Cette débauche de moyens est alimentée par une génératrice type groupe électrogène assez silencieux qu'il vaut mieux quand même faire fonctionner manuellement le jour si l'on ne veut pas qu'elle démarre automatiquement en pleine nuit.

Le pont supérieur.

2015 05 Bourgogne (2080)Voila pour le bas. En haut le pont est aménagé sur la quasi-totalité de la surface du bateau ce qui fait par beau temps un espace de vie extraordinaire protégé par un taud généreux et que l'on peut déplacer assez aisément, soit vers le poste de pilotage, soit vers l'espace repas.

Bon, il faut penser à baisser le taud pour passer sous les ponts mais, une fois bien réglé, cela se fait très rapidement.

Devant le poste de pilotage extérieur (il y a aussi un poste dans le coin du carré), un vaste bain de soleil est accessible à l'aide d'une petite marche.

Ajoutez qu'à l'arrière du pont sont installés un frigo-bar, un petit évier et une plancha de taille raisonnable, vous aurez compris que vous êtes sur un bateau d'exception.

2015 05 Bourgogne (1280)

Un vaste bain de soleil devant le poste de pilotage.

Ce bateau est haut, ce bateau est large, ce bateau est long, il occupe tout l'espace disponible en terme de tirant d'eau et de tirant d'air sur nos canaux. Aussi les volumes y sont incroyables, chaque chose trouve sa place, chaque équipier peut se déplacer sans bousculer son voisin.

2015 05 Bourgogne (1512)     2015 05 Bourgogne (1520)     2015 05 Bourgogne (2157)

Ce bateau est haut.               Ce bateau est large.               Ce bateau est long.

La plage arrière.

Située à peu près à hauteur des quais, elle donne accès, vers le bas à la coursive qui dessert les cabines et le carré, vers le haut au pont supérieur en passant par la zone de cuisine extérieure

La plage arrière est assez vaste pour ranger quelques bicyclettes et circuler agréablement.

2015 05 Bourgogne (1003)

Base Le Boat à Migennes.

Lorsque le bateau est stationné à reculons, l'accès plage arrière est royal.

Quinze mètres, 15 tonnes du bout des doigts !

Revenons au pilotage, je regrette de ne pas avoir testé plus tôt ses capacités. La nostalgie de la conduite traditionnelle étant passée, je me suis fait plaisir avec ce bateau auquel on peut imposer des manœuvres extravagantes !

Le joystick permet de tourner sur place à droite comme à gauche. Il permet aussi de marcher en crabe ce qui est très commode pour stationner ou luter contre le vent lors d'une prise de quai à reculons. Pour ce faire, il envoi le moteur tout d'un côté en même temps que le propulseur d'étrave ce qui fait que le bateau se translate latéralement presque sans changer de cap.

2015 05 Bourgogne (1160)

Voyons voir ce que sait faire ce truc !

Mais aussi, comme il n'y a pas de safran mais une transmission tournante, un peu comme un hors bord, le bateau est gouvernable en culant. C'est fabuleux !

Deux petits inconvénients.

Le premier, lorsque l'on bat en arrière il faut savoir précisément où en est la barre sinon l'arrière va chasser très très vite d'un côté ou de l'autre. Un indicateur de barre permet de ne pas se faire avoir.

Le second, la vélocité des manœuvres ne doit pas faire oublier qu'il ne faut pas se laisser aller à prendre un stationnement en culant, ce serait dangereux pour la propulsion si la berge n'est pas franche. On peut rigoler mais il ne faut pas oublier les grands principes !

En conclusion.

Le VISION est équipé d'une cuve de rétention pour les eaux grises (évier & douches) et d'une pour les eaux noires (toilettes) afin de préserver la nature. Malheureusement peu de régions et/ou de chambres de commerce ont équipé les berges de dispositifs de pompage.

Seul inconvénient de ce bateau mais on fait avec sans trop de difficulté, l'accès à la plage avant est acrobatique par le passe-avant, malcommode par l'intérieur en passant par la l'accès prévu à cet effet à l'avant du carré, difficile par le pont, il manque un petit marchepied quelque part ...

2015 05 Bourgogne (2107)    2015 05 Bourgogne (2214)

Qu'importe, le VISON 3 (le 4 aussi) est un bateau d'exception, d'un confort inégalé. Si vos épouses sont un peu craintives au sujet du confort à bord d'un bateau, prenez celui là, elles seront conquises.

Malgré sa grande taille et ses 15 tonnes, le VISION est un bateau amusant et facile à manœuvrer.

PhB

Posté par philippeberthaum à 19:47 - Commentaires [1] - Permalien [#]

17 mai 2015

Mises au point.

Réglons quelques comptes (mais sans rancune).

Le temps des vacances est un temps de fête, de détente et de convivialité. D'autant plus, pour moi, lorsqu'il s'agit de vacances sur l'eau que ce soit en mer ou en eau douce.

Malheureusement il y a toujours, presque toujours, des gens pour assombrir quelques instants ces heures de quasi-paradis. Bêtise, jalousie, envie d'exercer un pouvoir illégitime, je ne sais pas mais cela me contrarie et je vais ici régler quelques comptes.

Je ne peux pas prétendre que l'eau douce est MON domaine sous le prétexte que je navigue depuis mon plus jeune âge soit maintenant cinquante ans, mais mon expérience me permet quand même de porter un avis sur le comportement des gens et mes facultés personnelles à respecter les usages dans ce milieu.

Voyons avec les pêcheurs.

Les pêcheurs sont omniprésents sur les berges des rivières et canaux français quel que soit le jour, l'heure, l'état de la météo, même la nuit, sous la tente lorsqu'ils y guettent la carpe.

 

Img_9621

 

Au fil de l'eau, à la rencontre d'un pêcheur il est d'usage de ralentir, de serrer la rive opposée à son lieu de pêche et de faire un salut (qui n'est pas toujours récompensé par une réponse).

Serrer une rive se fait avec précaution car si le chenal garantit une bonne sécurité pour l'embarcation, les rives comportent des branches immergées, des ouvrages effondrés, autant de dangers pour l'hélice et le safran, pire encore lorsque votre bateau est équipé d'un POD (*).

Après avoir dépassé la zone de pêche il est possible de remettre doucement les gaz pour reprendre votre route. Tout cela se passe en général bien et en bonne harmonie entre les utilisateurs du canal que sont les bateaux et les pêcheurs.

Mais parfois cela ne va pas si bien et il m'est arrivé cette semaine de rencontrer de sacrés malotrus.

Nous étions à l'approche d'une légère courbe à la sortie de laquelle je distinguais des gaules, dans cette configuration les pêcheurs ne pouvaient pas me voir mais moi, je voyais leur matériel au milieu du chenal. J'ai donc ralenti et donné un petit coup de corne.

Ont-ils pensé que je leur signifiais de "dégager", je ne sais pas, toujours est-il que les gaules, au lieu de reculer un peu, ont avancé plus loin dans le chenal.

Mieux, lorsque nous sommes passés à la hauteur des pêcheurs, tout près de leur matériel bien que serrant au maximum la rive ils nous ont fait signe de ralentir. Mes équipiers leur ont alors indiqué que nous avions déjà ralenti et comme les manifestations continuaient, agrémentées des quelques commentaires déplaisants, j'ai remis doucement les gaz pour leur prouver que notre vitesse était loin de l'allure normale de notre bateau.

Ce fut alors une bordée d'insultes allant d'abruti à connard qui m'a fait regretter ultérieurement de ne pas avoir manœuvré pour revenir à leur hauteur et leur expliquer mon point de vue ce que je vais faire ici :

 

2015 05 Bourgogne (1922)1) Ils n'ont aucune autorité pour me donner des consignes de navigation, je pratique le canal depuis aussi longtemps qu'eux voire beaucoup plus pour les plus jeunes d'entre eux.

2) Ils n'ont aucun moyen d'évaluer l'allure de mon bateau ce qui ne leur permet pas de juger de ma conduite. J'aimerais d'ailleurs bien voir leur comportement lorsqu'une péniche de 38 mètres passe. J'imagine qu'ils replient vite fait et ferment leurs grandes gueules.

3) Contrairement à la rivière, le canal n'est pas un don du ciel pour les pêcheurs, c'est un ouvrage fait et entretenu pour les bateaux. Pas de bateaux, pas de canal. Cela devrait leur faire un peu réviser leur approche du milieu.

4) Enfin si les bateaux de plaisance les dérangent il faut quand même qu'ils réalisent que c'est pour ces derniers que les canaux sont encore entretenus aujourd'hui, les berges où ils s'installent dégagées, les eaux régulées. Pas de plaisance, plus de canal. Plus de canal, plus de pêche.

Heureusement ce genre d'incident est très rare mais, ces vérités sont parfois bonnes à rappeler.

Voyons avec les éclusiers.

 

2015 05 Bourgogne (1590)Là encore il faut bien comprendre que la grande majorité des éclusiers constitue un corps attaché au canal et attaché au bon fonctionnement de ce dernier. Ils sont attentifs au confort et à la sécurité des plaisanciers dont ils ont bien compris que sans plaisance il n'y aurait plus de travail.

Rappelons que dans les années 60 les canaux français étaient presque tous à l'abandon et en passe d'être fermés à la navigation. Ils ont alors été classés "monument historique" dans leur globalité et partiellement (**) réhabilités pour la plaisance.

Il reste malgré tout dans le monde des éclusiers un parfum de "service public", l'heure c'est l'heure et le chef a toujours tort, pas assez de moyens. Combien de fois ai-je pu entendre "les départs en retraite ne sont pas remplacés alors vous comprenez, on a chacun 2 ou 3 écluses à faire cela induit des attentes".

C'est vrai qu'autrefois, il y a quand même très longtemps car lorsque j'ai fait pour la première fois le Nivernais en 1988 ce n'était déjà plus le cas, il y avait une écluse, une maison, un(e) éclusier(e).

Mon bon Monsieur, c'est pareil dans le privé, il faut faire plus avec moins. Bref, nous nous sommes trouvés à deux reprises dans des situations ubuesques.

La première fois, nous étions à la hauteur de l'écluse de St Florentin (canal de Bourgogne) à 16h voulant déposer nos amis à Migennes afin qu'ils puissent reprendre leur voiture pour rentrer à Paris. Il aurait été déplaisant qu'ils aient à prendre un taxi pour quelques kilomètres parce que nous n'aurions pas atteint la base.

Un parcours de 18km avec 15 écluses sachant qu'en descendant, les sas se passent assez vite, environ 10 minutes.

Indiquant notre objectif à l'éclusier, il nous répond qu'il faut 4 heures pour Migennes (ce qui nous faisait arriver à 20h) et il nous rappelle que les écluses ferment à 19h.

Comme nous venions d'attendre une demi-heure pour le passage j'ai répondu sans réfléchir que si nous attendions demi-heure à chaque fois, c'est sûr que ça prendrait 4 heures. Moi j'avais calculé 3 heures.

Finalement, c'est bien de se montrer de temps en temps car au cours de notre descente, tous les sas étaient prêts, et nous avons mis 2h55 pour atteindre Migennes.

Cette après midi là il n'y avait que deux bateaux sur la section, un à la monté et un à la descente (nous). Les éclusiers ont fait leur travail et tout le monde était content.

La seconde fois, nous repartions de Migennes après avoir déposé nos amis et attendions depuis une demi-heure (encore!) dans le sas qui était ouvert ce qui nous semblait de bonne augure.

Il faut savoir que cette écluse, "Cheny" (113) était la clef de tout le canal car la 114 qui donne accès à l'Yonne était fermée pour cause de crue sur l'yonne. S'il fallait quelqu'un c'était bien à cet endroit, la 114, et pas ailleurs.

Et bien non, personne. Nous avons du appeler la base pour qu'il prévienne car le panneau comportant les numéros de téléphone à appeler n'était pas apposé sur l'endroit prévu à cet effet. De toutes les façons nous avions déjà tenté ces numéros affichés à une autre écluse, l'un n'était plus attribué, l'autre était sur messagerie.

 

2015 05 Bourgogne (1170)

 

Un jeune plutôt aimable est arrivé et nous a expliqué qu'il était à la 113 pour faire je ne sais quoi. Consigne du chef ...

Ensuite tout s'est bien passé, la mécanique était enclenchée. Ce qui m'a fait dire avec un peu de méchanceté, "un bateau ça va mais deux bateaux et le système sera saturé" !

Comment font-ils lorsqu'il faut passer 15 à 30 bateaux par jour en saison ? Et bien justement nous en avons discuté avec les éclusiers qui nous ont expliqué qu'il y avait parfois 1 heure d'attente voire plus.

Attendre parce qu'il y a beaucoup de bateaux devant moi, je le comprends et l'admets parfaitement. Sas après sas, une écluse à un débit limité. Mais attendre parce qu'il n'y a personne à l'écluse et que le système est mal géré, je ne peux pas l'admettre facilement.

VNF doit comprendre que la plaisance est aujourd'hui sa seule raison d'exister sur ces canaux qui ne sont plus utilisés par les bateaux de commerce. Que ce ne sont pas les quelques exploitants de péniches hôtel qui les feront vivre. Que le fonctionnement des canaux est financé par l'impôt et par les taxes payées par les bateaux de plaisance.

Ce qui nous est souvent répété est : "ils sont en vacances, ils peuvent attendre un peu". Alors là non ! Trois fois non !

Cette remarque est du même ridicule que lorsqu'un camionneur vous dit "je travaille moi" !

Justement il travaille, il est payé pour être là. Le touriste, lui, il paye pour être là.

Un bateau de location coûte entre 600 et 1200€ par jour pour environ 6 heures de navigation par jour soit 100 à 200€ l'heure de navigation. Alors une heure de perdue ce n'est pas rien.

Qu'on se le dise !

Voyons avec les bateaux hôtel.

Bateaux hôtels et autres bateaux à touristes d'ailleurs ...

Ces bateaux professionnels bénéficient d'un traitement particulier sur les voies d'eau intérieures, ce sont des Seigneurs !

Leur statut est quelque peu usurpé, ils n'ont rien à voir avec les Seigneurs du fleuve qu'étaient les bateaux de commerce qui transportaient des marchandises et qui faisaient vivre le canal ainsi que ses environs.

Eux, leur marchandise ce sont des touristes, ni plus ni moins que les bateaux loués par les touristes eux-mêmes.

Ce qui me contrarie ce n'est pas de leur laisser la priorité sur la voie d'eau. Ca c'est une règle de conduite absolue, "priorité au moins manœuvrant". Y'a pas photo.

Ce qui me contrarie c'est que les collectivités locales, pensant sans doute qu'ils vont leur apporter des chalands alors que tout est fait à bord pour qu'ils n'aient besoin de rien d'autre, les collectivités donc leur réservent des emplacements de choix là où les places restant aux plaisanciers sont souvent pitoyables, sans bollards où anneaux pour s'amarrer, sans berge propre.

Ces quais "réservés péniches hôtel" pourraient au moins n'être que "priorité aux péniches hôtel" sachant que lorsque la péniche en question navigue le quai est disponible ce qui représente largement plus que 50% du temps en saison.

Les plaisanciers, eux, ne font pas que laisser leurs poubelles, ils vont faire leurs courses dans les villages, visitent les musées locaux, apportent l'animation quotidienne en saison.

Que l'on facilite le stationnement de ces bateaux difficiles à manoeuvrer c'est une nécessité, mais de là à réserver un peu partour de telles longueurs de quai (50m pour un bateau de 38) c'est un peu excessif.

Sur le trajet que je viens de faire entre Migennes et St Rémy près de Montbard, il y une péniche hôtel qui circule, une seule. Elle bénéficie de zones de stationnement comme :

  • Un quai réservé à Ancy le Franc, ici le reste de la berge, non aménagée, permet aux plaisanciers de stationner aux piquets.
  • Un quai réservé à Tanlay sur la presque totalité de l'espace où il est possible d'accoster, les plaisanciers s'entassent aux deux extrémités.

Je n'ai pas tout noté mais ce bateau est basé à Ravières et propose une croisière jusqu'à St Florentin, cela veut dire que  les quais sont inutilisés six jours sur sept et c'est un peu gâché. Cela n'empêche pas le bateau de stationner en travers du chenal lorsqu'il désire s'arrêter en pleine nature comme ici vers Flogny, juste après un pont, le cul à 3 mètres de la rive pour ne pas s'ensabler.

2015 05 Bourgogne (1614) 2015 05 Bourgogne (1615) 2015 05 Bourgogne (1616) 2015 05 Bourgogne (1618)

Stationnement ridicule juste à la sortie de l'étroiture d'un pont...

Le plus grotesque que j'ai pu voir est un ponton sur le Lot, ponton sensé mettre à disposition une pompe de vidange des eaux noires. Mais ... ce ponton était réservé aux bateaux promenade aussi lorsque vous arriviez le soir, les bateaux étaient à quai et vous ne pouviez pas faire la vidange.

 Dscn4372

Bouziès.

Entendons-nous bien, je ne fais pas ici le procès des bateaux à touriste, on ne peut leur reprocher de profité des facilités qui leur sont offertes; je veux juste interpeller les collectivités territoriales sur l'usage qu'elles font du bien public que représentent les zones d'accostage. Cet usage n'est pas toujours réglementé avec intelligence et équité.

-----

Voila pour ces petites mises au point, encore une fois, c'est sans rancune.

PhB

(*) Sorte de transmission en "Z" orientable sur 180° ou 360° qui donne au bateau une manœuvrabilité diabolique et cela sans safran.

(**) Lors de la réhabilitation, le tirant d'eau garanti a parfois été réduit.

 

Posté par philippeberthaum à 10:56 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

30 mai 2014

La lagune de venise (4/4).

La lagune de Venise partie 1 : http://voiesdeau.canalblog.com/archives/2014/05/12/29856328.html

La lagune de Venise partie 2 : http://voiesdeau.canalblog.com/archives/2014/05/14/29862742.html

La lagune de Venise partie 3 : http://voiesdeau.canalblog.com/archives/2014/05/20/29876185.html

Jeudi 8 mai.

Cette nuit, pluie et bourrasques, le pont du bateau est sale, je n'aime pas ça mais le soleil est revenu il faudra attendre que ça sèche pour balayer.

P1010536

Nous en avons fini avec Venise et prévoyons de partir vers le sud de la lagune voir un peu l'île Lido. Pour cela nous devons contourner Venise par l'est.

P1010538 P1010540

Je ne résiste pas au plaisir d'aller faire une dernière visite à Venise vers le grand canal. Se mêler un peu à cette grande pagaille de bateaux, naviguer "avec les grands" !

P1010544 P1010552

Depuis le canal la vue est superbe et nous bénéficions d'une belle lumière.

P1010556

Nous allons jusqu'à l'entrée du canal pour faire demi tour au corps mot qui est au milieu de la passe. Route sur Lido. Cette île est une longue bande de terre qui participe à la fermeture de la lagune, elle est réputée pour ses palaces et son côté résidentiel.

P1010560 P1010568

En longeant Lido vers le sud, le chenal est parfaitement balisé, nous poursuivons à la recherche d'un point d'eau car nous n'avons pas fait le plein depuis le départ et cela devient critique. Une fois de plus il n'est pas facile de trouver un point d'arrêt, tous les ports sont privés, nous finissons par interpeller les mécaniciens d'un port (ici) pour demander de l'eau et ils nous ont offert un plein gratuit. Ouf, merci.

Nous rebroussons pour stationner dans un lieu que nous avait indiqué la base et effectivement nous trouvons un petit abri près d'une place plutôt sympathique.


Agrandir le plan

 Quelques courses dans l'épicerie qui est à 200 mètres et c'est le repas. Ici nous retrouvons avec déplaisir la circulation automobile, ce qui explique les navettes incessantes de bacs qui croisent au large de Venise.

P1010582 P1010584

L'endroit n'est pas très abrité du chenal dans lequel passent des bateaux assez importants et nous sommes amarrés à de petits anneaux ce n'est pas très rationnel, le bateau bouge pas mal quand il y a des remous. Cela va nous jouer un vilain tour.

P1010589

Pour le moment, repas pris nous allons à la plage en traversant l'île ce qui prend un petit quart d'heure.

La route est recouverte de graine de saule comme s'il avait neigé. Nous avons déjà vu beaucoup de cette "neige", elle était presque pénible lorsque nous avons descendu la rivière.

P1010600 P1010593

La route se termine sur des installations de plage privée équipée de nombreuse cabine de bain. Cette plage est nettoyée mais nous allons sur la droite vers une plage publique qui elle n'est pas nettoyée. Quelques algues et quelques morceaux de bois échoués, rien de bien gênant.

P1010597 P1010598

Sur une étendue de plus de 500 mètres, nous ne sommes pas plus de quatre petits groupes de personnes. L'endroit est calme et sauvage, c'est exactement ce que j'avais lu avant de partir. Évidemment je ne peux résister à un petit bain, l'eau est fraîche mais tout à fait praticable.

P1010601

De retour à bord nous avons la mauvaise surprise de retrouver le bateau en travers au fond du bassin, l'amarre avant rompue. En fait les anneaux sont réellement petits et avec les remous importants la corde a été comme sectionnée par l'anneau. Ce bassin n'est pas vraiment fait pour accueillir des gros bateaux. Pas grave.

Nous avions comme projet de remonter un la rivière Brenta mais il faut 5 heures à l'aller et pareil au retour. Comme il ne nous reste qu'une journée nous n'avons certainement pas le temps. Aussi, nous décidons de nous replier dans notre coin préféré : Burano, ce qui fera la moitié du trajet retour vers la base.

P1010604 P1010607

Cette fois nous longeons Lido jusqu'au nord pour approcher l'embouchure vers la mer et prendre le canal St Erasmo qui nous fera longer l'île du même nom.

P1010610 P1010617

Ce parcours nous fait découvrir de nouvelles vues sur la lagune. Tout en longeant cette île qui n'est pas très habitée, nous admirons, d'un côté des champs d'artichauts, de l'autre une grande étendue de lagune déserte.

P1010618 P1010623

Puis Burano se profile au loin, nous reconnaissons son clocher penché et ses couleurs vives. Par beau temps, impossible de se perdre dans ces canaux qui sont réellement bien balisés.

P1010628 P1010632

P1010633 P1010635

Nous retrouvons avec plaisir le calme de Burano et nous mettons en quête d'un restaurant "de qualité" pour cette dernière soirée dans la lagune. Les guides ne donnent pas beaucoup d'information sur le sujet, l'un d'eux nous indique une bonne table située "au pied du pont" allez savoir ... des ponts il y en a partout ! En fait, il fallait comprendre "du vieux pont", tous les autres ponts sont des passerelles plus modernes. Celui là est fermé.

P1010641 P1010644

Nous finissons par trouver la trattoria "al Gatto Nero da Ruggero" qui est assez réputé. La salle est magnifique, enfin il faut aimer, les lustres sont sans doute en Murano, un portrait du patron très réussi trône près de la porte d'entrée.

P1010647 P1010650

Les prix sont un peu excessifs, 20€ la sole grillée sans accompagnement, mais tout est impeccable y compris le service. Le patron vient vérifier régulièrement que tout va bien, "si signore, tutto va bene". Aucun reproche à faire. Puis nous retournons à bord en admirant une dernière fois le soir sur Burano.

P1010654

Vendredi 9 mai.

Rendre le bateau n'est jamais très agréable, aujourd'hui c'est le dernier jour, nous n'avons plus qu'à remonter vers la base.

Une vraie journée d'été commence, le ciel est complètement dégagé dès les premières heures le soleil tape dur, ça va être quand même bien agréable.

P1010656 P1010657

Nous faisons une dernière fois le tour de Burano pour reprendre la direction du canal Silone qui nous mènera à l'écluse.

P1010661 P1010666

Arrivés à l'écluse il nous reste 4 heures de navigation pour remonter la rivière et arriver à la base. La lumière est magnifique, bien plus vive qu' l'aller. Nous ferons une pose déjeuner dans une endroit bien calme, obligés de mettre le taud pour nous protéger du soleil.

P1010667 P1010673

Deux dernières heures de navigation et nous sommes rentrés à la base.

P1010679 P1010682

Les vacances sont terminées.

P1010684

Au final, je suis très content, nous avons passé une semaine très agréable, visiter Venise depuis la lagune est réellement original et permet de sortir un peu des parcours touristiques conventionnels ce qui me va très bien.

Il reste une chose dont je ne vous ai pas parlé. Les secours et service d'ordre. Ici, bien entendu, ils sont en bateau, comment faire autrement ? Alors même les ambulances sont sur l'eau comme les carabinieri !

P1010338 P5056976 (2)

 

PhB, mai 2014.

Posté par philippeberthaum à 11:57 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

20 mai 2014

La lagune de Venise (3/4).

Partie 1/4 de cet article : http://voiesdeau.canalblog.com/archives/2014/05/12/29856328.html

Partie 2/4 de cet article : http://voiesdeau.canalblog.com/archives/2014/05/14/29862742.html

Mardi 6 mai.

Nous décidons de passer la matinée à Burano où nous sommes stationnés puis de nous déplacer vers Vignole qui est plus près de Venise et où nous avons aussi des places réservées.

Une fois de plus je suis presque seul dans les rues en allant chercher le pain du petit déjeuner. La lumière est très belle c'est un vrai régal.

P1010309 P1010310  P1010311

Nouvelle corvée de boutique mais je dois dire qu'à Murano ce n'est pas désagréable, pas trop de monde et beaucoup de choses à admirer.

P1010314 P1010316 P1010322 P1010328

Comment résister à ce véritable décor de théâtre ?

Alors je ne vous ai pas encore dit que Burano abrite une curiosité, son clocher penché ! Oui le clocher est sérieusement penché cela saute aux yeux lorsque l'on arrive en bateau et de près c'est assez impressionnant.

P1010330

En fait il a souffert d'un tremblement de terre et s'est déplacé en haut de 1m80 ce qui est considérable. Il a été renforcé, en particulier par un cerclage d'acier que l'on distingue au niveau de ses arcades mais a pu être conservé. Cela donne un effet surprenant selon l'angle sous lequel on le regarde.

P1010323 P1010332 P1010334 P1010340

Des couleurs, toujours des couleurs, jusqu'à la limite du mauvais goût mais cela reste très amusant et surtout très gai.

P1010342 P1010343 P1010346 P1010351

Nous choisissons un restaurant en pleine zone commerciale la via Baldassarre Galuppi, une sorte de mail qui mène à l'église, la "trattoria Raspo de Ua" qui nous semble proposer un bon rapport offre / prix. Nous commençons à connaître un peu les prix pratiqués en fonction des différents plats, ça aide ...

P1010349     P1010352

Au cours du repas nous voyons des groupes importants arriver dans le restaurant, nous redoutons un bruit infernal mais en fait il dispose d'une salle tout en longueur avec un décor délirant puis d'autres salles invisibles dans le fond. Aussi nous voyons disparaître les touristes comme avalés par l'établissement et nous mangeons tranquillement !

Un bon repas avalé, nous quittons à regret Burano pour avancer sur Vignole que nous atteignons en à peine plus d'une heure.

P1010366  P1010378

L'amarrage est aisé, l'endroit très calme, presque inhospitalier, ici tout est privé, tout est "réservé". Qu'importe nous sommes à 100 mètres de la station de vaporetto et c'est ce que nous cherchions.

P1010383  P1010394

Quelques pas le long du canal nous permettent de constater rapidement qu'ici tout est privé, tout est "réservé". Demi tour ...

P1010389    P1010391

J'en profite pour vous parler de l'eau. A bord l'eau est une ressource critique, en effet ce n'est pas agréable de sa laver les dents avec l'eau du canal ou un reste de bouteille de vin ! Nous avons un plein de 700 litres pour 4, heureusement nous allons souvent au restaurant ce qui fait que nous n'avons pas de vaisselle à faire. Alors l'eau c'est uniquement pour la douche. Ca tombe bien  car trouver de l'eau douce dans cette lagune c'est une vraie galère.

 

Mercredi 7 mai.

La nuit a été un peu particulière. Les vaporettos arrêtent leur service vers minuit et reprennent vers 5h30. Or, chaque bateau provoque une petite vague qui, une fois entrée dans le canal, prend de l'amplitude et fait taper notre bateau contre le quai. Nous aurions sans doute du nous mettre loin de la station dans le fond du canal afin d'être moins remués !..

P1010388

Notre voisin a été plus prévoyant que nous en se plaçant presque au fond.

Aujourd'hui, le ciel est un peu gris, la météo avait prévu une dégradation du temps à partir de ce jour. Dommage car jusqu'à maintenant nous avons réellement eu un temps agréable avec juste un peu de vent le soir. Un vent frais qui balaye la lagune et fait frisotter l'eau.

Nous avons décidé de retourner à Venise pour continuer la visite. Une petite heure de vaporetto, nous faisons le tour de Venise par l'Ouest pour arriver sur le grand canal, passer le Rialto et débarquer sur le parvis de la basilique Santa Maria della Salute.

P1010408  P1010423

Cette basilique a été construite à la fin d'une redoutable épidémie de peste, elle est supportée par un million de pieux en bois enfoncés dans le sable de la lagune !

P1010443

Nous avons décidé de visiter ce quartier sud qui est dit calme et résidentiel. C'est vrai qu'ici les bâtiments sont assez bien entretenus et qu'il n'y a pas une foule redoutable.

P1010445  P1010455

Ici je ne peux plus critiquer grand chose, je suis séduit ...

P1010446 P1010447 P1010448 P1010449

C'est là que je réalise que les poubelles, elles aussi sont ramassées par bateau ! Bien sûr il ne peut pas y avoir à Venise de bennes qui parcourent les rues. Alors les ordures sont très souvent accrochées au volet afin que les chats ne les éparpillent pas, puis collectées à la main à l'aide de grands chariots spécialement conçus pour monter les longues marches des ponts.  Rendez vous sur la berge où des barges compactent les sacs comme le feraient les bennes automobiles.

P1010457  P1010456

Un éboueur en train de renseigner une touriste et la barge qui vide un chariot.

Le quartier nous plait bien et nous nous y perdons avec bonheur.

P1010468  P1010471

Il est réellement difficile d'atteindre directement une adresse dans cet enchevêtrement de ruelles et de canaux. Nous arrivons quand même à trouver le restaurant "typiquement vénitien" que le Routard nous avait suggéré.

P1010470

Il est temps de reprendre le vaporetto pour atteindre la place Saint Marc et commencer une visite un peu "conventionnelle".

P1010476  P1010478

Nous atteignons la place en passant devant le palais des Doges et le très fameux pont des soupirs.

P1010482  P1010485

Puis nous accédons au palais, 15€ l'entrée cela semble cher mais la visite est longue et intéressante. Les photos sont interdites mais tout le monde en fait ! Alors, en voici quelques-unes unes.

P1010489 P1010493 P1010495 P1010502

Ce n'est pas l'architecture que je préfère, un peu compliquée à mon goût, mais il faut reconnaître que l'ensemble est grandiose, les proportions, l'escalier des géants avec les statues de Mercure et Neptune, et puis ... la vue sur le grand canal !

P1010511 P1010512 P1010514 P1010518

La visite se poursuit par les appartements, à l'image de la salle du conseil, tout est très chargé, l'œil ne sait où se poser, mais il y a ici de nombreuses oeuvres de grands maîtres.

P1010516

Au final la sortie se fait après un petit tour en prison. Cette prison est reliée au palais par le pont des soupirs. Elle a été construite pour améliorer les conditions de vie des captifs. Jugez plutôt.

P1010520 P1010522 P1010524 P1010525

 Bon des fois elle était inondée par le canal cela libérait quelques cellules car leurs occupants étaient noyés.

La visite terminée, nous allons nous réconforter chez l'incontournable FLORIAN, café à 10€ et coupe glacée à 15, nous n'irons pas tous les jours !

P1010284      P1010526

Il est alors un peu tard pour voir la basilique qui est fermée aux visiteurs, nous rentrons par les vaporettos que nous connaissons maintenant presque par cœur. Demain bye bye Venise nous descendons au sud de la lagune.

P1010534

Le temps a été gris toute la journée mais pas si mauvais, nous espérons bien que cela ne durera pas.

PhB

 

Posté par philippeberthaum à 13:00 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :