Oui 42 000 c'est le nombre de platanes qui bordent le canal du midi. Le Figaro du 27 juillet, suivi le lendemain par les chaînes TV, nous alerte sur la santé de ces platanes.

Comme je l'ai déjà dit sur ce blog, les platanes de ce canal finissent par être lassants, ce n'est pas un paysage varié. Cependant ils assurent au moins deux fonctions essentielles :
1) Ils protègent le navigateur du soleil en fournissant une ombre salvatrice.
2) Ils participent à la stabilité des berges et même si l'eau va parfois désenterrer les racines, elles sont si denses que la berge résiste mieux.

canal du midi

le canal du midi entre deux interminables rangées de platanes.

La maladie.

On nous apprend que les platanes sont atteints par un champignon nommé vulgairement "chancre coloré" (du nom savant de Ceratocystis platani) et que ce dernier profite de toutes les occasions pour se propager : les semelles des promeneurs ou des ouvriers qui entretiennent les berges, les outils de coupe et de ramassage, autant de manœuvres perfides pour s'attaquer à nos platanes. La maladie est aussi propagée par l'eau, ainsi le long du canal elle trouve un axe de développement de choix.

Des mesures préventives sont prises en formant les personnels amenés à intervenir dans les zones à risque mais cela n'est pas suffisant.

canalMidi03

Des ouvrages d'art exceptionnels.

Patrimoine de l'Humanité.

En 1996 l'Unesco attribut au canal la qualification de "Patrimoine de l'Humanité" ! Aujourd'hui les élus locaux disent redouter de perdre cette distinction si les platanes disparaissent.

A mon avis le canal est classé pour ses ouvrages remarquables, écluses doubles triples quintuples aux bassins de forme ovoïde (unique au monde), et non pas pour des arbres dont on sait qu'ils sont par nature mortels. Cet argument vise plutôt à appuyer les demandes de subvention faite par les élus locaux à l'Etat, considérant que le Patrimoine de l'Humanité est une affaire d'Etat. Ah la politique !..

canalMidi02

L'origine.

Le mal viendrait des Etats Unis, en effet on pense que ce champignon est arrivé dans du bois de caisse au cours de la seconde guerre. Les premières observations datent de 1946 en région PACA.

Le remède.

Le remède est particulièrement cruel et amer. Il faut abattre les arbres malades et tous ceux qui se trouvent à proximité. Les spécialistes considèrent qu'il y a déjà 2000 arbres malades et que le nombre de cas augmente d'une façon exponentielle. 4000 abattages sont déjà prévus pour 2012. Le budget estimé actuellement est de 200 millions d'euros !

Et après ...

Bien entendu des arbres seront replantés. En premier lieu une race de platane réputée résistante à ce champignon (le "Platanor") mais aussi, pour être prudents et assurer une diversité, des Frênes, voila qui est sage.

Alors, si vous êtes sur le canal et que vous voyez des abattages, ne pensez pas que c'est encore l'oeuvre d'un promoteur sans scrupule ou une décision absurde d'un élu local, non, c'est pour faire la "part du feu".

PhB