Juste l'essentiel en vue d'apporter quelques explications sur la constitution des voies d'eau.

Amont, Aval.
Deux notions essentielles. Un cours d'eau est en quelque sorte "orienté" de l'amont vers l'aval. L'amont est vers la montagne, la source (mont) l'aval est vers la vallée (val), vers la mer ou vers un lac.
Vous en conclurez facilement que le cours d'eau coule de l'amont vers l'aval !!! Bravo.
Les canaux utilisent le même vocabulaire, le canal prend l'orientation de sa pente qui suit parfois celle du cours d'eau voisin. Dans le cas d'un bief de partage ou de jonction l'amont et l'aval sont fixés réglementairement pour déterminer rives droite et gauche.

Avalant, montant.
Vous êtes montants lorsque vous allez vers l’amont et avalant lorsque vous allez vers l’aval (vous descendez). Aussi :
Lorsqu’un croisement est un peu difficile sachez que l’avalant a priorité car il est le moins manœuvrant, poussé par le courant sa manœuvre est considérée plus difficile que celle de l’avalant qui est naturellement freiné par le courant.
Lorsque vous voulez stationner vous aurez toujours intérêt à manœuvrer face au courant donc en montant, quitte à faire demi tour pour cela. Bien sûr si le vent est dominant par rapport au courant, manœuvrez face au vent.

Bâbord, Tribord.
Bâbord : gauche, Tribord : droite. On n’utilise pas ou peu ce vocabulaire en eau douce on dit simplement droite et gauche.

Bassin versant.
La configuration géographique d’un territoire définit les bassins versants. Le bassin versant est "une portion de territoire délimitée par des lignes de crête, dont les eaux alimentent un exutoire commun : cours d'eau ou lac" (source :  techno-science.net).
Plus simplement c’est le territoire où tous les cours d’eau convergent vers le même point (lac ou estuaire). La ligne séparant deux bassin versants est la ligne de partage des eaux, sur les autoroutes vous voyez quelquefois un panneau "limite de partage des eaux", vous venez de changer de bassin versant.

Bief.
Tout simple : c’est la partie du cours d’eau située entre deux écluses. Avec deux cas particuliers : le bief de partage (voir plus bas) et le bief situé entre la dernière écluse et la mer dont une extrémité est ouverte sur la mer (donc pas d'écluse à cette extrémité là).

Bief de jonction.
Le Bief de jonction raccorde deux cours d'eau ou canaux (ou un cours d’eau et un canal).

Bief de partage.
Un canal n’a pas de source, son alimentation en eau est en général artificielle ou obtenue par un lac situé au sommet de son parcours, ou encore au fil d'un cours d'eau qui l'accompagne. Il y a donc, en général (ce n'est pas forcément le cas pour un bief de jonction), au sommet un bief de partage (partage des eaux sur chaque bassin versant) et une descente vers chaque bassin versant.
Le bief de partage est donc délimité par deux écluses descendantes. Sur des canaux qui empruntent des parcours montagneux, le bief de partage passe souvent dans un tunnel pour éviter la partie haute du relief, c’est le cas par exemple en Bourgogne : canal de Bourgogne et canal du Nivernais.

Bollard.
C’est tout simplement une bite d’amarrage.

Canal de jonction.
C’est un cours d’eau artificiel qui réunit deux cours d’eau naturels ou un cours d’eau et un canal. On comprend alors qu’il peut ne pas avoir de sommet (bief de partage) mais une simple pente, cela dépend de la situation respectives des cours d’eau réunis. Par exemple, le canal du Nord est un canal de jonction.

Caviter, cavitation.
Phénomène d’ébullition de l’eau sur le profil de l’hélice qui peut aller jusqu’à la détruire. Pour ce qui nous concerne il s’agit plutôt d’air amené vers l’hélice soit par des herbes prises dans l’hélice soit du fait d’une mauvaise position de l’hélice dans l’eau. Dans tous les cas cela réduit la propulsion et doit être corrigé.
Voir excellent article ICI.

Déversoir.

Les canaux sont alimentés en eau par des moyens artificiels ou naturels, dans tous les cas leur niveau est régulé à l'aide de vannes ou simplement de déversoirs. Dans ce cas le "trop d'eau" s'écoule tout naturellement dans le cours d'eau voisin.

deversoir

Rivière canalisée.

Les cours d’eau sont facétieux et n’ont pas toujours le profil idéal pour naviguer. Outre les écluse qui permettent de passer les dénivellations, il est parfois indispensable de réaliser un tronçon de canal en marge de la rivière pour passer un endroit non navigable et impossible à aménager.

yonne_canalisee

On parle de rivière canalisée lorsque ce type d’ouvrage couvre une partie importante du parcours. C’est le cas de l’Yonne entre Clamecy et Auxerre (ci dessus).

Porte.

Alors bien sûr les écluses ont des portes mais il y a aussi des portes "seules" qui permettent de fermer un morceau de bief ou d'isoler une voie d'eau d'une autre afin de réaliser des travaux.

porte

Rives droite, rive gauche.
Par convention la rive droite est à droite en descendant le cours d’eau (de l’amont vers l’aval).

PhB