Ce premier sujet parle de pollutions industrielles. Dans les suivants je parlerai des autres pollutions qui atteignent nos chères voies d'eau, pollutions agricoles mais aussi domestiques.

En introduction à cette série je vous propose un article d’octobre 2007 sur le site de France Info avec un lien sur l'intervention de Nathalie Kosciusko-Morizet concernant la pollution du Rhône aux PCB.

Edifiant ! Non ?

La situation des cours d’eau est déplorable mais au moins, on s’en préoccupe. Cependant certaines pollutions sont si difficile (si dangereuses) à extraire que pour le moment on préfère les laisser au fond. C'est le cas des fameux PCB (métaux lourds) déversés par l’industrie pendant des décennies et qui restent au fond dans la vase. Ainsi ils ne sont pas ou peu dangereux pour l’homme (le baigneur) mais séjournent malgré tout dans le milieu et atteignent les poissons qui deviennent impropres à la consommation.

Contrairement aux idées reçues ...
Depuis la fin des années 60, l'impact des pollutions industrielles sur les cours d'eau français a été considérablement réduit. Pour le Centre d'Information sur l'Eau (C.I.Eau) les rejets de matières toxiques ont diminué de 62 % entre 1976 et 1991.

agrandir
Photo: www.photo-libre.fr

Si la pollution domestique des ressources est relativement constante, les rejets industriels sont, au contraire, caractérisés par leur très grande diversité, suivant l'utilisation qui est faite de l'eau au cours du processus industriel. Selon l'activité industrielle, on va donc retrouver des pollutions aussi diverses que :
- des matières organiques et des graisses (abattoirs, industries agro-alimentaires...),
- des hydrocarbures (industries pétrolières, transports),
- des métaux (traitements de surface, métallurgie),
- des acides, bases, produits chimiques divers (industries chimiques, tanneries...),
- des eaux chaudes (circuits de refroidissement des centrales thermiques),
- des matières radioactives (centrales nucléaires, traitement des déchets radioactifs)...

 

Parmi les industries considérées traditionnellement comme rejetant des matières particulièrement polluantes pour l'eau, on citera, notamment, les industries agro-alimentaires, papetières, la chimie, les traitements de surface, l'industrie du cuir, etc.
Source : Centre d'information sur l'eau (CIeau).

Des sites industriels aux champs via les canaux.
À la fin des années 80, des agriculteurs du nord de la France tirent la sonnette d'alarme. Les boues de curage des canaux épandues dans leurs champs ont "brûlé" leurs terres, provoqué des pertes de culture et même la mort d'une quarantaine de veaux. Cadmium, plomb, mercure, arsenic, dioxines... Rejetés pendant des décennies par les sites miniers, sidérurgiques et textiles, métaux lourds, polluants organiques et hydrocarbures se sont accumulés au fil du temps dans les sédiments des canaux, des rivières et des ruisseaux de l'Artois-Picardie. Pendant longtemps, les services de l'Etat ont dragué les canaux sans se soucier du devenir des boues de curage qui étaient simplement déposées en cordons le long des voies d'eau ou épandues sur des terrains agricoles.

Gestion des sédiments.
Aujourd'hui, les curages sont très surveillés et les teneurs en polluants des sédiments contrôlés, d'autant que 95 % de l'eau potable du Nord-Pas-de-Calais vient du sous-sol. L'agence de l'eau Artois-Picardie travaille depuis 1996 à mettre en place un plan de gestion cohérent des sédiments dans la région. Les spécialistes estiment toutefois qu'il faudra plus de 15 ans et plusieurs millions d'euros pour restaurer le milieu naturel. Sur les 300 000m3 de sédiments curés chaque année, un bon tiers est contaminé et doit être traité ou stocké en sécurité. Mais les sites de stockage se font rares et les collectivités reculent devant le coût du traitement. L'envasement des canaux et des rivières menace et le risque de débordement est évoqué.
Source : Veolia - développement durable (désolé la page WEB a disparu ?..).

Voila, avec ces deux articles je pense que l'on a une bonne synthèse de l'état des lieux sur les pollutions industrielles. Maintenant j'insiste quand même sur le fait que les sites industriels installés au bord de cours d'eau comme ci dessous sont extrèmement surveillés et soumis à des contraintes draconiennes.

agrandiragrandir
Photos: www.photo-libre.fr

A suivre ...
PhB